Baise + brushing à l’œil chez mon coiffeur !

Je me suis faite baiser par le coiffeurCe soir j’avais rendez-vous chez mon coiffeur Nicolas à 19H30, heure de la fermeture de la boutique.

Quand je suis arrivée, il finissait avec un client. Comme d’habitude j’étais bien reçue, avec un grand sourire. Je prenais donc place dans un fauteuil, attendant sagement qu’il termine avec sa cliente. Je feuilletais quelques magazines People, en regardant si oui ou non je couperais mes beaux cheveux !
J’avais envie de changer de tête et je lui demandais donc son avis. Lui,  pensait qu’il serait dommage de couper mes cheveux, qu’il trouvait magnifiques. Il me suggéra alors, de simplement les égaliser et de m’appliquer après le shampoing un masque et enfin de me faire un brushing.  Il n’y avait qu’une condition que je ne sois pas trop pressée  cela prendrait un peu plus de temps qu’une simple coupe !

Je me rendis au bac et ce fut parti pour un shampoing relaxant avec un massage très sensuel ! Je le sentais bien plus chaud que d’habitude en passant au brushing je lui ai demandé comment cela allait avec sa copine. Il m’a répondu que justement il était célibataire depuis bientôt 1mois et qu’il commençait à trouver le temps long Je commençais à lui expliquer que j’étais très doué pour remonter le moral et il me répondit qu’il ne demandait qu’à voir !

Je me pinçais les lèvres tout en le fixant dans le miroir avec mon sourire plein de malice.  Je croisais et décroisais mes jambes tout en faisant remonter ma petite jupe volante, je voyais ses yeux qui avaient du mal à quitter cette jolie vue qu’il devait avoir entre mon décolleté plongeant et ma jupe que je ne cessais pas de faire remonter !
Je saisis sa main et je l’ai assit à ma place, accroupie devant lui les cuisses bien écartées, je commençais à sortir sa queue de son jeans et je la lui branlais ! Comme ça dans la boutique ouverte, toute lumière allumée visible de tous, je l’ai prise en bouche et je le suçais jusqu’aux couilles, il bandait si dur que je n’avais qu’une envie c’est qu’il me fasse jouir avec sa grosse queue…
Et là je sentais son côté dominateur qui voulait prendre le contrôle, il m’attrapa, me porta et me posa sur la coiffeuse tout en m’embrassant le cou, il ouvrit ma chemise, sortit mes seins de mon soutien-gorge et commençait à les malaxer, il me passa sa langue sur ma bouche, mon cou et mes seins.
Mes jambes l’entouraient et ainsi je pouvais sentir sa queue toute bandante frottée sur mon string bien humide ! Il commença à se frayer un chemin jusqu’à ma chatte. Et là j’avais franchement envie de faire durée le plaisir parce que c’est vrai faut bien avouer que cela faisait un bon moment que j’attendais ça !
Mon côté femme salope réapparaissait, je reprenais le dessus de la situation en dirigeant sa tête sur ma chatte, je voulais que Nicolas goûte à ma chatte, ce qui ne m’a pas déçu, parce qu’il me doigtait en me bouffant mon clitoris c’était si bon que je me sentais partir sur la voie de l’orgasme.
Et là,  je le vis attraper la brosse à cheveux et en prendre le bout pour me l’introduire dans mon petit trou du cul, (cela m’a encore plus excité en pensant à toutes ses femmes qui allaient se faire coiffer avec ce gros rouleau qui se trouvait dans mon anus…)  Ensuite il saisit mes jambes sur ses épaules et me baisa comme une chienne tout en malaxant mes seins, il me bourrait ma chatte avec sa grosse bite jusqu’à l’orgasme !
Et je confirme que Nicolas ne m’avais pas mentis il avait les couilles bien pleines, parce que quand j’ai remis mon string son sperme me coulais entre mes jambes !

Après m’être rhabillé,  j’avoue que j’étais un peu déçu que nous n’ayons pas eu de spectateurs ! Mais en sortant de la boutique je me suis aperçue que mon voisin étais là et qu’il avait vu la scène, il m’a fait un grand sourire avec un clin d’œil…C’est très con mais  je me sent d’humeur coquine. Ce soir,  j’espère que mes partenaires de téléphone rose seront à la hauteur. Cette petite partie de jambe en l’air m’a ouvert l’appétit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.