Culbute sexe avec le voisin d’en face

Je me fais culbuter par beau brunMon voisin Cédric un très bel homme de vingt huit ans, grand brun aux yeux d’un noir si profond qu’on a l’impression de s’y perdre en une douce torture de plaisir et une voix grave et sensuelle qui fait vibrer tout mon corps lorsqu’il me dit bonjour quand on se croise dans les escaliers. Cela fait un an maintenant que l’on habite l’un en face de l’autre, que je fantasme et que je ne dirais pas non à un dialogue sexe, voir un plan cul en live avec cet homme assez mystérieux et à priori très bien membré.
Tous les soirs nous nous croisons car sachant à l’heure qu’il rentre je sors de chez moi pour aller chercher mon courrier et être sur de voir l’homme qui réveille mes sens. Il est comme toujours pile à l’heure, il me salue et me fait un petit sourire en coin qui a failli me faire chavirer. Je me sens rougir et au lieu de passer son chemin comme à son habitude il reste devant moi et je m’aperçois que je ne lui ai pas répondu alors devant mon manque de réaction il s’approche pose sa main sur mon épaule et me demande de sa voix hypnotique à mes oreilles si je vais bien.
Sentir sa main me fait un coup d’électricité dans le corps et je reprends conscience je me dis que tirer parti de son inquiétude face à mon état serait une bonne idée et lui dis que je n’ai pas encore mangé et que ça doit être ça, je m’excuse et l’invite avenir boire un verre mais sa réponse fuse et gentiment décline mon invitation. Je tente de ne pas faire paraître ma déception et lui souris en disant que ce n’est pas grave une autre fois peut être, il me répond d’un oui évasif, il a l’air pensif mais je ne lui demande rien. Nous remontons, galant il me laisse passer et je monte devant d’une démarche sensuelle que je fais paraître naturelle. À quoi peut-il penser à cet instant ?
Une petite heure après cette entrevue rapide mais charmante je ne tiens plus, mon désir pour lui s’imprime dans mon corps tout entier et j’ai très envie de me faire plaisir en imaginant ses mains et en répétant son prénom. À cette pensée je sens ma chatte s’humidifier j’allais commencer ma séance de masturbation quand on frappe trois coups secs à la porte j’attends sans faire de bruit je ne veux pas être dérangée mais une voix s’élève et je le reconnais. C’est bien la voix de Cédric, mon voisin…
Je cours m’enfiler un peignoir court en satin noir. Je lui ouvre et vois qu’il tient deux plats préparés venant du traiteur du coin. Il me propose de partager avec lui le souper. Je le fais entrer puis l’invite à asseoir, je lui demande de patienter le temps que j’aille m’enfiler quelque chose de plus convenable pour un repas, tout en espérant qu’il dise non. Sans un mot il me prend la main et m’attire jusqu’à lui, je capte son regard que je trouve très chaud et qui me déstabilise mais je ne laisse rien paraître. Il s’approche de moi, m’embrasse, je sens ses lèvres se presser sur les miennes avec la douceur dont j’avais si souvent rêvé. Je suis excitée à ce contact et commence à faire balader mes mains sur cet homme qui m’attire depuis si longtemps. Lui aussi se me caresse, doucement il enlève la ceinture de mon peignoir, il glisse ses doigts sur mes seins et débute une agréable torture sur mes tétons durcis. Ma bouche quitte sa jumelle et part explorer son cou, mes doigts habiles défont son pantalon faisant tomber cette barrière de tissus qui me sépare de l’objet de ma convoitise. Son sexe dur et bien droit se dresse devant moi je ne cache pas mon sourire qui se fait gourmand. Je le regarde dans les yeux et descend sur sa bite bien chaude que j’enfonce dans ma bouche. Un râle de plaisir me prévient qu’il apprécie, il pose ses mains sur ma tête et m’encourage à aller plus profondément jusqu’à ce que son gland tape dans le fond de ma gorge. Je fais couler ma salive le long de sa queue pour qu’elle soit bien glissante je l’imagine déjà me prendre, mais prenons notre temps ! Je sens sa main qui me relève il m’emmène dans la chambre où ont se déshabille complètement tout en continuant de se caresser. Il s’allonge, je viens poser ma chatte humide sur sa bouche alors que je reprends sa hampe dans le fond de ma gorge, ainsi débute un délicieux soixante neuf avec mon bel amant. Alors que je sens sa langue passer le long de ma fente mouillée je continue d’avaler son sexe, puis quand l’attente n’est plus possible je retire. Je glisse son gland à l’entrée de mon intimité et d’un coup je m’empale dessus.
Je l’entends respirer rapidement et nos corps brulants de désir se déhanchant ensemble. Je le sens devenir plus présent, plus sauvage et je déclenche ce moment de bestialité torride en lui criant dans mon plaisir de me prendre plus fort, plus vite, que j’ai envie de le sentir me marteler avec son membre si dur, alors il me renverse me prend en missionnaire les jambes relevées sur ses épaules. Dans un orgasme digne de ce nom je sens sa semence s’écouler entre mes cuisses et glisser jusqu’à mon anus que ses doigts qui viennent malaxer. Il me prépare gentiment il a besoin de temps pour le second tour. Maintenant il s’attaque à mon petit mon cul. Il le caresse, le malaxe, le lèche. Je m’occupe de son sexe qui se durcit à nouveau dans ma bouche et c’est naturellement qu’il me met en levrette pose la tête de son sexe sur ma petite rondelle qui s’ouvre à son passage. Je me titille le clitoris, je sens mon corps devenir de plus en plus chaud sous ses coups de boutoir un deuxième orgasme !

C’est ainsi que j’ai appris à connaitre mon voisin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.